JOUR 11 - MOSCOU - Vendredi 15 juin

Publié le  15 Juin 2018

Oh là, là, ce matin, rappel à l'ordre du Grand Patron : …. plus de nouvelles depuis 3 jours !......clients mécontents.............le foot........oui, oui 5-0..... pas une raison pour partir en goguette.......boire de la vodka....... en période d'essai..... votre contrat remis en question.......et que cela ne se renouvelle plus. Nous faisons profil bas. Il est vrai que nous avons des petits secrets sur la vodka, nous vous les raconterons dans le creux de l'oreille, un autre jour. Allez, vite, au boulot, nous avons du retard à rattraper.
Moscou, tome 2 :
Notre guide, non non, ce n'est pas Nathalie mais Alla toujours sans le H, a choisi de nous faire découvrir le Kremlin de Moscou. Après avoir franchi la porte d'entrée, notre regard se porte sur un alignement de canons devant l'arsenal. Plus loin, un canon de 40 tonnes très ouvragé servait à protéger la ville. En fait, il n'aurait jamais servi. Autre poids lourd du site, cette cloche du 18ème siècle, pesant 200 tonnes nécessita 4 ans de travaux préparatoires pour 20 minutes de coulage. On dit que c'est lors d'un incendie qu'elle se brisa. Pas sûr, nous avons enquêté et retrouvé les coupables qui continuent de nier. Nous avons les preuves. Attention, nous avons les moyens de vous faire parler !!! Goulag en vue.
La place des cathédrales compte pas moins de 5 édifices. C'est dans la cathédrale de la Dormition appelée aussi Assomption que les tsars étaient couronnés. L'intérieur est recouvert de fresques du sol au plafond. Le long des murs, nous trouvons les tombeaux des patriarches. Une autre très belle cathédrale appelée Archange St-Michel ou de l'Annonciation, renferme le tombeau d'Ivan Le Terrible, caché derrière l'iconostase, là où se trouve le paradis. Par chance, il bénéficia d'un passe-droit pour y entrer directement.
Le Kremlin abrite aussi le palais présidentiel, non pas la résidence mais juste le petit bureau pour Vladimir. Nous pensions le rencontrer dans les jardins mais, un président, ça travaille tout de même.
Vous avez faim ? Nous aussi, il est 13 H. Le déjeuner dans le restaurant ukrainien sera très bon mais expéditif : salade Olivier (du nom du chef qui l'a créée) sorte de macédoine de légumes qui ne casse pas 3 pattes à un canard, borchtch (toujours en deuxième position), galoubtsy, plat principal fait de feuilles de choux roulées, garnies de viande de bœuf, d'oignons et de riz. Le dessert, la tarte aux cerises est servie avec le thé ou le café. Nïett pour les photos, les serveuses en costumes traditionnels n'en veulent pas. Oh, surprise, nous retrouvons Aldar qui prendra la suite de Fred pour le reste de la Russie.
Nous sommes à deux pas de la Place Rouge, fermée au public. Qu'importe, nous irons visiter le métro, véritable œuvre d'art de la capitale. Les premières lignes furent inaugurées en 1935. Servant de refuge durant les attaques aériennes de la deuxième guerre mondiale, Staline voulu qu'elles soient joliment décorées. Découvrez sur nos photos les vitraux, les céramiques, les peintures, le marbre et les belles sculptures. Ce que vous n'entendrez malheureusement pas, ce sont nos éclats de rire dans les rames. Deux heures plus tard, nous remontons à l'air libre pour flâner le long de la rue Arbat, réservée aux piétons.
19H, l'orchestre joue, les spectateurs sont sur les gradins et le présentateur apparaît ? Nous sommes au cirque de Moscou dont la réputation n'est plus à faire. Costumes, strass, paillettes, jeux d'ombres et de lumières, jongleurs, équilibristes, trapézistes, tigres et caniches occupent la piste, sans oublier les pitreries du clown qui font rire petits et grands. Deux heures d'un spectacle à vous couper le souffle.

Actualités