JOUR 30 - IRKOURTSK - Mercredi 4 juillet

Publié le  03 Juillet 2018

Le programme du jour : découverte du musée sibérien, du lac Baïkal et de la ville d'Irkourtsk en moins de 12 heures avec Margarita (comme la boisson).  Le premier arrêt se fera au musée d'architecture en bois de Taltsy. Une impressionnante collection d'anciens bâtiments sibériens s'élève dans la forêt au bord du fleuve. Ferme rénovée, maisons, tour de guet, chapelles, école et vieux outils viennent de toute la Sibérie. Dans le petit musée, deux cosaques en costumes d'époque entonnent quelques airs d'un autre temps. Il fait très beau et chaud.

P1360647.jpg

11H30, nous sommes au bord du lac Baïkal, plus exactement à l'endroit où naît le fleuve Angara. Une légende raconte qu'à cette embouchure le vieux Baïkal, souverain des eaux et père de 336 fils et d'une seule fille jeta un gros rocher pour arrêter la fuite de cette dernière, la belle Angara partie rejoindre son bien-aimé. Allez, venez donc avec nous pour un nouveau bain de jouvence dans le lac ou plutôt la mer comme l'appelle les autochtones. Il est déjà l'heure de la pause déjeuner. Le restaurant de Listvianka, petit village touristique nous sert de l'omul mariné avec une salade russe suivi d'un omul en papillote avec pommes de terre et petits légumes, thé et gâteau. Sachez que l'omul (ou omoul) de la famille des saumons, est l'un des poissons endémiques de cette fabuleuse réserve d'eau douce.  

P1360606.jpg

Une mer d'huile, un ciel pur et les pieds en éventail, que rêver de mieux pour cette croisière sur la perle de la Sibérie avant le retour sur la capitale sibérienne.

Irkourtsk fut le lieu d'exil des décembristes et le musée Volkonski que nous visitons, retrace cette douloureuse époque. Le 14 décembre 1825, la noblesse de St Pétersbourg déclencha une insurrection contre l'aristocratie et le servage. Face à l'échec, la répression fut sans appel : condamnations à mort pour certains ou 30 années de travaux forcés et prison pour d'autres et déportation en Sibérie. Quelques femmes suivirent leurs époux, abandonnant leur vie de confort et malheureusement leurs enfants. Elles recréèrent une vie occidentale, ouvrirent écoles et hôpitaux et éditèrent des journaux. Maria Volkonski, surnommée la princesse de Sibérie, donna des soirées musicales et culturelles dans sa demeure. A la mort de Nicolas I, les décembristes furent amnistiés. De nombreuses photos s'étalent sur les murs de la demeure et des meubles d'époque occupent les pièces.

A peine sortis du musée, nous longeons un quartier de maisons de bois. Sans bonnes fondations, elles s'enfoncent inexorablement dans le sol, les fenêtres finissent par arriver au ras de la route. Il est déjà 19H et nous reprenons le bus jusqu'au parking de l'hôtel.

 

Actualités