JOUR 60 - JIAYUGUAN / DUNHUANG - 400 km - Vendredi 3 Août

Publié le  03 Août 2018

Ce matin, nous repartons escortés par la police jusqu’aux portes de la ville. Quelques journalistes ont pris place à bord des camping-cars pour suivre notre journée vers Dunhuang. L’étape intermédiaire s’arrête à la forteresse de Jiayuguan. Nous sommes à la fin de la muraille qui comportait des tours de guet tous les 2,5 km . En cas d’invasion, le guetteur allumait le feu dans la tour, transmettant l’information au voisin qui en faisait de même et ainsi de suite jusqu’au fort qui était alors prêt à affronter l’ennemi. Sous la dynastie des Ming, Yi Kaizhan, un artisan excellent en arithmétique fut mis à l'épreuve par l'inspecteur-maître du chantier. Ne voulant pas reconnaître le don de cet homme, il lui demanda de calculer le nombre de briques à utiliser pour terminer la construction. Après un savant calcul, Yi lui répondit qu'il en fallait 99 999. Le maître du chantier en acheta le nombre et dit à Yi qu'il le ferait tuer s'il en manquait ou restait une seule brique. Une fois le chantier achevé, on en trouva une. L'inspecteur était fou de joie. Cependant , Yi lui répondit calmement que cette brique avait été déposée par Dieu et que personne ne pouvait la déplacer. Il lui précisa que s'il utilisait la force pour l'enlever, tout l'édifice s'écroulerait. A ces mots, personne n'osa la déplacer et de nos jours, elle est toujours visible (ce n’est pas l’exemplaire original). Nous grimpons sur les remparts pour trouver cette fameuse brique de légende. Dans la cour centrale, des yourtes ont été montées pour une représentation historique. Ce fort était l’ancienne frontière chinoise d’où partait la muraille censée arrêter les envahisseurs.
Une fois la visite terminée, nous partons vers Dunhuang par la belle autoroute. La circulation est fluide, le paysage alterne entre le désert, quelques cultures éparses, les panneaux photovoltaïques et les éoliennes à perte de vue. Nous atteindrons notre objectif en milieu d’après-midi.

Actualités