JOUR 92 - TBILISSI : BATOUMI - 330 Km - Mardi 4 Septembre

Publié le  04 Septembre 2018

Nous nous rapprochons de la frontière géorgio-turc par la belle autoroute gratuite. A une soixantaine de kilomètres de notre départ, le panneau indique Gori. La ville natale de Joseph Staline a conservé sa maison et le musée expose un lot impressionnant de photos et quelques meubles.
Au bord de l’autoroute, les petits vendeurs proposent tomates, légumes et fruits en provenance des champs environnants. Des relaxs et hamacs invitent à la détente dans la région de Khashuri, et les étals de pains sucrés sont autant de tentations pour les voyageurs. Il fait très beau et le mercure affiche 36°. Après 200 km, la nationale zigzague dans la montagne. Nous devons être attentifs, les Géorgiens conduisent très mal, doublent sur la ligne continue et dans les virages et n’hésitent pas à créer une troisième file sur le bas-côté. Les dépassements demeurent très risqués. Par malchance, quelques uns d’entre nous se font arrêter par la police nationale pour défaut d’assurance. Nous avions tous souscrit une assurance spéciale couvrant le monde mais la carte verte classique n’en fait pas état. Malgré nos documents détaillés, les policiers n’en tiennent pas compte et affligent 100 laris d’amende à régler sous 3 jours.
C’est avec un ouf de soulagement que nous arrivons sur la route au bord de la Mer Noire. Nous passerons la nuit dans le parc botanique de Batumi, quasiment les pieds dans l’eau.

Actualités